Votre navigateur est obsolète !

Pour une expériencenet et une sécurité optimale, mettez à jour votre navigateur. Mettre à jour maintenant

×

e-Portfolio : www.phd-gauthier.net

- Plus de 100 chantiers ou missions réalisées :

- Ingénierie des dispositfs et actions de formation,
- Démarches ePortfolio
- Responsable pédagogique, étude ou formation, jurys VAE
- Ingénierie de projet en Education et Formation
- Recherche en éducation
- Audit, diagnostic et évaluation
- Direction, co-direction ou intérim de direction
- Interventions de formation, mentorat, tutorat

  • Démarche ePortfolio
  • Ingénierie de formation
  • Conduite de projet
  • Community management
  • Recherche en éducation

Contact

Situation professionnelle

En poste
Ouvert aux opportunités

Publications, communications, contributions

Quels sont mes dernières publications ?
Retrouvez-ici les résumés et les liens vers les derniers articles publiés et les communications présentées lors des colloques, journées d’études et séminaires.
Une liste plus exhaustive de mes 50 à 60 publications, communications et contributions socio-professionnelles est disponible dans mon portfolio en version .pdf téléchargeable.

• http://scholar.google.fr/citations?user=7rNXb_wAAAAJ

http://www.phd-gauthier.net/ePortfolioPhDGauthier/Publications/Publications.html
Le Portefeuille de compétences : un outil d’employabilité
27 mai 2018

Communication
Un évènement de l'agence ERASMUS+ du Mardi 19 juin à NANTES :

Portefeuille de compétences : outil d’employabilité?

Le programme est ici : 468_programme.pdf


La synthèse de ce séminaire est disponible ici : synthèse journée.pdf
Voir l'article
Le Portefeuille de compétences : outil d’employabilité
03 oct. 2017

Communication
Un évènement de l'agence ERASMUS+ du Mardi 3 octobre 2017 à LYON :

Portefeuille de compétences : outil d’employabilité?
Un résumé est disponible ici sur le site de l'agence Erasmus.
Le programme est ici : Programme.pdf
La présentation est ici :













































Programme et compte-rendu :
Journée Europass
Le portefeuille de compétences : outil d’employabilité
Mardi 3 octobre 2017 Cité internationale
50 quai Charles de Gaulle - 69006 Lyon
Journée animée par Nicolas Planchon de l’Agence Elc2 - Lyon






Voir l'article
Le Portfolio entre Ingénierie et reliance
26 déc. 2016

Publication aux éditions l’Harmattan (2016) :
Commander l’ouvrage ici
«Le portfolio entre ingénierie et reliance sociale»
Coordonnatrices : Béatrice Savarieau et Marielle Boissart
beatrice.savarieau@univ-rouen.fr, marielle.boissart@gmail.com
Préface de Josette Layec
Post-face de Sylvain Vacaresse.

Contributeurs :
Hervé Breton, Docteur en sciences de l’éducation, maître de conférences associé, université de Tours.
Marielle Boissart, Docteure en sciences de l’éducation, CIVIIC, université de Rouen, cadre de santé formatrice.
Catherine Clenet, Maître de conférences en sciences de l’éducation, CIVIIC, université de Rouen.
Philippe-Didier Gauthier, Responsable formation continue, formateur consultant, université Catholique de l’Ouest.
Jean Heutte, Docteur en sciences de l’éducation, Trigone-Cirel, EA 4354, université de Lille 1,
Christian Michaud, Docteur en sciences de l’éducation, professeur agrégé, CRIS EA 647, ESPE de Lyon1.
Béatrice Savarieau, Maître de conférences en sciences de l’éducation, CIVIIC, université de Rouen.
François Victor Tochon, Professeur, Wisconsin Center for Education Research (WCER).
Sabine Vanhulle, Professeur en sciences de l’éducation, TALES, université de Genève.

Résumé :
Du portfolio nord-américain au portefeuille de compétence à la française, la question de l'ingénierie de formation occupe le devant de la scène. En effet, si les processus de reconnaissance et de validation des acquis de l'expérience sont ici interrogés, les contextes sociaux et pédagogiques nécessitent de plus en plus de mobiliser réflexion, rationalité, organisation, moyens et processus de socialisation. D'un outil de communication ou de présentation d'un savoir faire, le portfolio devient de plus en plus un outil d'évaluation et un vecteur d'employabilité. Cet ouvrage collectif en interroge les ressorts et les enjeux.

La collection Ingénieries et formations de L’Harmattan.

Dirigée par Jean-Noel Demol et Catherine Guillaumin, cette collection interroge la démarche socio-professionnelle de l’ingénierie, soit les actions, dispositifs ou systèmes mis en œuvre de manière optimale en vue du développement des organisations et des personnes.
L’exploration de la conjonction entre Ingénieries et formations est opérée par des professionnels, des enseignants ou formateurs, des chercheurs universitaires. Les auteurs de cette collection inventent leurs propositions dans l’ère du nouvel esprit scientifique (1905) et de l’épistémologie bachelardienne (1938). En privilégiant un travail de recherche qualitative, ces productions s’inscrivent dans cette théorie de l’enquête que décrivait Dewey en 1938. La collection ouvre de nouvelles pistes d’analyse et d’interprétation dont le point de départ est toujours un doute authentique selon les mots de C. S. Peirce, une interrogation sincère sur les situations professionnelles et l’exercice du métier.

-----------------------------------------------

Nous entendons ici l’ingénierie en formation ou en éducation comme étant la production de compétences et de savoirs en lien avec les situations professionnelles ou sociales. L’ingénierie n’existe pas en soi, c’est bien l’objectif de production de savoirs et de compétences qui est la finalité première, par la mise en œuvre d’une réflexivité cherchant à déjouer l’incertitude croissante du monde économique et des logiques prédictives. Si ces savoirs et compétences sont reliés au contexte d’usage, qu’il soit professionnel ou social, ils ne se réduisent absolument pas à des connaissances opérationnelles et techniques mais les intègrent dans des connaissances plus vastes et des savoirs génériques. Autrement dit la finalisation des savoirs contextués n’est pas uniquement opératoire mais plus largement sociétale, il s’agit là de penser la complexité et les systèmes résultant des organisations économiques, techniques et humaines. C’est pourquoi, à la suite de Thierry Ardouin (2013) nous définissons l’ingénierie de formation comme étant : « une démarche socioprofessionnelle ou l’ingénieur-formation à, par des méthodologies appropriées, à analyser, concevoir, réaliser et évaluer des actions, dispositifs et/ou systèmes de formation en tenant compte de l’environnement et des acteurs professionnels. »

L’ouvrage : « Le portfolio entre ingénierie et reliance sociale » propose dans une visée novatrice et combinatoire, de rendre lisible la place du portfolio au regard des trois niveaux de l’ingénierie de formation, que sont l’ingénierie des politiques (niveau macro), l’ingénierie des systèmes de formation (niveau méso) et l’ingénierie pédagogique (niveau micro), et d’une perspective reliante des processus de transaction, coopération et production (Guillaumin, 2013). Ce portfolio en tant que dispositif rejoint les travaux portant sur les objets techniques qui ont toujours été présents en formation (représentations iconiques ou sonores, illustrations de situations pour analyses et corrections, programmation d’exercices et d’entraînements à l’acquisition de compétences, outils de communication et de collaboration à distance), juxtaposés ou coordonnés selon les besoins. Ces objets, comme l’affirme Brigitte Albéro (2010), « constituent avec l’activité des acteurs et utilisateurs, un environnement à la fois médiatisé par la transposition sur un support et médiateur aussi bien de que par la relation humaine ».

Cette perspective reliante caractéristique de cette relation humaine doit donc être explicitée. Nous empruntons ici à Bolle de Bal, la notion de reliance qui possède une double signification conceptuelle, soit l’acte de relier ou de se relier, et le résultat de cet acte, soit la reliance vécue ou l’état de reliance. Concernant les actes et états associés à une personne, la reliance manifestera : « La création de liens entre une personne et soit un système dont elle fait partie, soit l’un de ses sous-systèmes» (Bolle de Bal, 1996, p.68). La reliance sociale peut donc être considérée comme un processus de médiation entre les différents acteurs d’un système, tel que celui de la formation ; plus ou moins institutionnalisé, elle conditionne la structure de la reliance permettant de relier les acteurs entre eux.

L’acte de reliance prendra alors le nom de « portfolio », afin de parvenir à la reliance vécue concrétisée par ces processus de transaction, coopération et production mis en œuvre. La reliance devient alors un produit, à partir des liens entre les acteurs sociaux qui résulte du ou des systèmes médiateurs dont font partie les acteurs, c’est le lien de reliance (Bolle de Bal, 2003, p. 105).

Première partie : Le portfolio comme support du processus de transaction en éducation et en formation.

Le portfolio en tant qu’outil de communication peut également permettre à chacun de valoriser son cheminement personnel et par là même ses apprentissages. D’un outil de présentation d’un savoir-faire, il devient de plus en plus un vecteur de reconnaissance voire d’employabilité. Il peut également servir à évaluer ou s’auto-évaluer. L’éducation est un apprentissage de multiples transactions avec le milieu dans lequel chacun évolue (Dewey, 1938). En cela, l’éducation est un facteur de transaction, qui suggère comme l’indique le préfixe « trans », une action qui traverse. La transaction éducative implique donc la reliance et nécessite des opérateurs de reliance. L’accompagnement est un type de reliance qui s’inscrit dans la durée et interroge ses modalités de mise en œuvre.

Dans cette partie sera questionné le niveau macro de l’ingénierie, soit le niveau de l’analyse stratégique qui prend racine dans ce processus de transaction. La transaction qui est aussi l’opération de base des rapports sociaux, peut faire communiquer bon gré mal gré, les unités sociales par-delà leurs frontières (Pineau, 1980). En cela, les transactions se repèrent aux frontières des organisations et des institutions et entre les niveaux de l’ingénierie. C’est ce que nous nous proposons d’illustrer, au travers de trois entrées différentes questionnant le processus de transaction mis en œuvre dans les usages du portfolio.

- Béatrice Savarieau : Le portfolio entre dimension stratégique du dispositif et agencement technique, pour une diversité des usages.

- Hervé Breton : L’expérience du portfolio et ses ingénieries. Ce cheminement expérientiel entre « acquis » et « à venir » crée un espace « d’entre deux » par lequel se forment des capacités d’évolution professionnelle. En lien avec l’ingénierie des politiques, il revient sur les questions de la valorisation de l’employabilité propre à chaque personne, en lien avec la théorie de l'enquête de Dewey pour en montrer les conséquences pratiques en termes d'émancipation des croyances et de variations des dispositions.

- François-Victor Tochon : « Logiques d’intégration des portfolios électroniques en formation des enseignants turques et français : Trois études de cas. »


Deuxième partie : Le portfolio facilitateur de coopération ?

Au niveau méso s’inscrivent les programmes et les dispositifs élaborés nécessairement à partir d’un processus de coopération entre les acteurs de la formation. Comme l’affirme Alter, 2010 : « On coopère parce qu’on a un problème à traiter, mais on choisit de coopérer avec telle ou telle personne parce qu’on a envie d’échanger avec elle » (Alter, 2010, p. 16).

Le processus de coopération est ici explicité d’une part en rapport à ces dispositifs de formation où les acteurs entrent en partenariats afin de construire une œuvre commune : celle de l’utilisation d’un portfolio. D’autre part, les usages des portfolios peuvent également révéler la production d’une œuvre commune avec comme processus caché mais articulé celui de l’émancipation. En effet, le portfolio, lorsqu’il est utilisé dans une logique d’échanges entre pairs ou entre formés et formateurs, ouvre une perspective conjointe d’un double mouvement d’auto-co-éco formation selon la théorie tripolaire de la formation de G. Pineau (1991). Dès lors ce processus de coopération témoigne, par les travaux choisis dans cet ouvrage, que les transactions sociales soulignent s’il en est nécessaire, l’étroitesse des relations entre formation, expérience et activité professionnelle, en formation d’adultes. C’est ce que nous nous proposons d’illustrer, au travers de trois entrées différentes questionnant le processus de coopération mis en œuvre dans les usages du portfolio.

- Christian Michaud : «Pratiques et usages du portfolio en formation des maîtres ?» Il s’intéresse aux enjeux de formation et de développement professionnel portés par le portfolio en formation des maîtres. Il s’inscrit également dans la thématique de la réflexivité, en questionnant le rôle du portfolio dans la mise en œuvre d’une analyse de pratique en vue d’une réflexivité effective. Ici sera mise en évidence la coopération pédagogique qui intègre à la fois l’équipe pédagogique mais aussi le travail d’explicitation et de réflexivité réalisé par l’étudiant.

- Marielle Boissart : « Le portfolio vecteur de socialisation professionnelle co-construite. Elle s’appuie sur les usages du portfolio en formation infirmière. Elle situe le portfolio comme mode de socialisation et de construction identitaire dans une visée professionnalisante. La coopération prend sa signification dans un travail conjoint d’analyse des pratiques de l’étudiant avec le formateur et le tuteur de stage.

- Philippe-Dider Gauthier : «Usages du e-portfolio : de l’auto socialisation à l’identité professionnelle numérique. »


Troisième partie : Le portfolio outil de production de savoirs ?

Nous abordons enfin le niveau micro qui est ici singularisé par le processus de production et notamment de production de savoirs. Cette production de savoirs par des apprenants acteurs-auteurs constitue un habitus de pratique professionnelle. L’habitus correspond au sens de Bourdieu à un ensemble de schèmes dont dispose un acteur. Il en parle comme d’une combinaison de schèmes, qui dans la pratique professionnelle, permet l’adaptation des actions à des situations toujours renouvelées, sans pour autant qu’il y ait une explicitation des principes d’action (Bourdieu, 1972, p. 209).

Le portfolio, par l’écriture des situations professionnelles qu’il requiert, positionne les apprenants comme auteurs et engendre une prise de conscience des principes d’action mobilisées en situations. En effet, l’écriture, entre autres, convoque une posture dialogique lors de laquelle, le narrateur analyse sa pratique en la confrontant au réseau de concepts choisi pour comprendre, réguler son activité et la conscientiser (Boissart, 2012, p. 21). Le portfolio en tant que producteur de savoirs revêt plusieurs états du processus de production dont ce dernier serait finalement secondaire au processus d’intégration.

En lien avec cette question de la production des savoirs médiatisée par le portfolio, nous proposons trois autres chapitres.

- Catherine Clenet : « Le portfolio : ses spécificités pour un accompagnement de l’auto-formation» se penche sur la problématique de l’accompagnement de l’autoformation, avec pour support le portfolio, dans une approche humaniste et constructiviste.

- Sabine Vanhulle « Le sujet « hors de soi »  traite de deux axes de réflexion : d’une part, celui du rapport que le portfolio induit entre les personnes en formation, en tant que personnes biographiques, et les médiations formatives dans lesquelles elles élaborent leurs savoirs et leur soi professionnels ; d’autre part, celui du rapport réciproque entre des questions de formation et des problématiques de recherche, qui nous renvoie aux conditions favorables au développement des personnes à travers leur formation professionnelle.

- Jean Heutte : « Homo-sapiens retiolus : La part des autres dans la persistance à cultiver son identité et ses compétences » interroge le portfolio dans ses porosités en tant qu’espace personnel d’apprentissage mais rendu visible à d’autres.
Voir l'article
Rencontres Universitaires Intercatho LYON 2016
03 avr. 2016

Communication dans les rencontres universitaires Inter-catho 2016
Les réseaux sociaux :
Université Catholique de Lyon
Les 31 mars, 1 et 2 avril 2016

L’insertion professionnelle
 
Ecouter l'émission sur RCF Lyon : https://rcf.fr/actualite/societe/linsertion-sociale-et-professionnelle-des-jeunes-diplomes
J’ai animé l’atelier : Réseaux sociaux.
36 participants à l’ensemble des deux ateliers.
Voir le compte rendu sur le site UDESCA
Compte rendu général des RUIC 2016 à Lyon

Ces documents sont organisés par chapitres :

Chap1 : Les Interviews des recteurs

Chap2 : Les ateliers

Chap3 : Les interviews et micro-trottoirs (animateurs et participants)

Chap4 : Les conférences

Chap5 : Le jobdating inversé

Chap6 : Les archives






















Voir l'article
AUTO-ÉVALUER SES COMPÉTENCES POUR CONSTRUIRE SON PORTFOLIO
09 janv. 2015
http://www.human-research.com/index.php?c=9&l=FR&m=136

AUTO-ÉVALUER SES COMPÉTENCES POUR CONSTRUIRE SON PORTFOLIO DE
DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL

Philippe-Didier Gauthier, Doctorant,
Formateur ?Démarche Portfolio?, Université Catholique de l'Ouest, France
Université de Sherbrooke, Québec


RÉSUMÉ : Dans le cadre de Masters professionnels de l'Université Catholique de l'Ouest (UCO), un dispositif permet aux étudiants de se faire une biographie professionnelle, un CV au format européen, un bilan de compétences issues des expériences et argumenté par des preuves, puis de construire ou formaliser un projet professionnel. Ce processus accompagné propose de publier son portfolio, de développer une identité professionnelle numérique, dans une perspective d'insertion socioprofessionnelle durable.
L'ensemble de ce processus met en jeu, à chaque phase, des activités évaluatives, ou autoévaluatives. Cet article porte notre attention sur la phase de "bilan des compétences", réalisé selon une méthode originale. Déductive, celle-ci analyse et formalise les compétences en lien avec les contextes, activités menées, résultats, et évaluation intersubjective des signes de reconnaissance reçus lors des expériences. Considérant les difficultés psychologiques et cognitives de cette auto-évaluation des compétences, notre surprise et notre interrogation concernent le succès de cette méthode, qui ne se dément pas depuis huit années. Elle porte sur environ 1500 étudiants de 20 à 58 ans. Une série d'études confirme son effet certain dans le renforcement du "sentiment de compétences" des étudiants, au regard de leur projet professionnel. Cette analyse des pratiques tente de caractériser, voire d'expliquer en partie, les points essentiels qui semblent se jouer dans cette pratique de l'auto-analyse et synthèse de ses compétences, au regard de trois types d'activités cognitives : l'auto-évaluation, l'autorégulation, l'autoreconnaissance des compétences.
Parmi ces caractéristiques, nous mettrons en évidence la prise en compte de l'intersubjectivité en jeu dans l'espace social du contexte de travail, de la distanciation critique des évaluations identifiées, et de l'autorisation à la formulation, à la formalisation et à la reconnaissance de ses propres compétences. Ils constitueraient des éléments intéressants pour expliquer ce renforcement du sentiment de compétences, et ses effets sur la construction d'une identité professionnelle.

Lire l’article :
http://www.human-research.com/index.php?c=9&l=FR&m=136

.
Voir l'article
Colloque Education et Numérique Lyon 2014
17 oct. 2014

Communication dans le colloque
LE NUMERIQUE :
Colloque et formation organisée par le Centre d’Etudes Pédagogiques Ignatien
Les 16 et 17 octobre 2014

Une opportunité pour développer plus d’intelligence et d’humanité
 
Voir le Programme détaillé : Dossier_Inscription_sessionCEPI_LeNumerique.pdf
J’ai animé trois fois l’atelier QE4 : L’indentité numérique, lien entre le «Soi» et le «monde» !
40 participants à l’ensemble des trois ateliers sur les deux jours.

Voir l'article
Conference E2C 2014 à Nantes
03 oct. 2014

Conférence «Reconnaitre les compétences» :
Nantes, le 3 octobre 2014, Ecole de la deuxième chance de l’estuaire de la Loire , livepage.apple.com

Portefeuille de compétences et certifications de micro-compétences
 
Avec la participation d’une assemblée de 58 professionnels de toute la région Ouest, nous avons pu mettre en oeuvre une pratique simple pour soutenir en même temps les talents individuels, le rôle des managers et la performance de l’entreprise.
Comment l’employeur peut-il certifier des compétences et les inscrire dans le portefeuille de compétences de ses salariés ?
Comment un portfolio peut-il devenir un «passeport d’employabilité» tout au long de la vie ?

Compte-rendu : CR_EC2_Competences.pdf
Pour formaliser un badge de compétences :
BadgeReconnaitreCompetences.docx









Voir l'article
Colloque AIPU à MONS 2014
27 mai 2014

Communication dans le colloque AIPU 2014:
18 mai au 22 mai 2014, Université de MONS, Belgique,

Pédagogie universitaire: entre recherche et enseignement
 
Bienvenue sur le site du 28ème Congrès de l'Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU). Ce congrès est organisé, en partenariat, par l’Université de Mons et les Hautes Ecoles du Hainaut.
Ce 28ème Congrès de l'AIPU se déroulera du 18 mai au 22 mai 2014 à l'Université de Mons, en Belgique.
Cette manifestation scientifique sera l’occasion de poursuivre la démarche de questionnement entreprise à Trois-Rivières lors de la 27ème édition du congrès AIPU. La thématique générale de ce prochain Congrès porte sur l’enseignement supérieur comme lieu de rencontre entre l’enseignement et la recherche, sans occulter sa mission de Service à la Société.


Communication AIPU, Philippe GAUTHIER, avec la collaboration de Maxime POLLET.
Mai 2014.


Bricolage pédagogique contre résistances légitimes à la démarche portfolio : les résultats d'une expérimentation.

La culture de la modernité marque encore fortement les institutions d’enseignement, les familles, les managers, les recruteurs. Les institutions éducatives notamment, issues du Siècle des Lumières et de la révolution industrielle, ont été pensées pour servir une économie moderne. Ainsi, ces acteurs se révèlent parfois en décalage avec les injonctions hypermodernes qui marquent les transformations actuelles du travail : compétition, travail en miettes et en réseaux, flexibilité, mobilités, carrières durant un demi-siècle avec apprentissage de plusieurs métiers successifs… Devant ces nouvelles conditions du travail, comment préparer durablement nos étudiants à piloter leur carrière, à référencer leurs flux de compétences, à réinventer leurs projets professionnels, à envisager des métiers encore inexistants, mais qu’ils exerceront à 70 ans ?

La démarche portfolio postule qu'il est possible et souhaitable de développer des compétences réflexives, clefs de voute d’un pilotage de sa navigation professionnelle tout au long de la vie : se connaitre, se reconnaitre, s'orienter, se présenter, se faire connaître, se faire reconnaître, naviguer.

Mais face aux résistances légitimes manifestées par certains étudiants, notre recherche-action propose un dispositif de « bricolage pédagogique » centré sur l’étudiant, fondé sur :
un ancrage socioconstructiviste et connectiviste ;
une méthode et ses outils, colonne vertébrale de la démarche ;
une scénarisation des activités en ateliers flexibles autorisant différents niveaux d’implication ;
une animation fondée sur : rigueur, éthique, collaboration ;
une incontournable écriture réflexive personnelle, miroir de la prise de conscience ;
un métatutorat, garant d'un tutorat par les pairs, pilier d’une coresponsabilisation ;
une possibilité d’expérimentation, explorant un portfolio du futur ;
une évaluation formative, mais possiblement certificative selon un référentiel de compétence.

Cette communication présente les effets de ce bricolage auprès d'étudiants de 5 Masters différents d'une Université de l'Ouest de la France, avec les regards critiques d’ingénieurs pédagogiques en recherche-action.

https://www.youtube.com/watch?v=GC7rQj_Lkgc
Actes : http://hosting.umons.ac.be/php/aipu2014/joomla/index.php/actes

Voir l'article
Colloque Grandir et Vieillir : Repenser les ages de la vie
26 févr. 2014

Communication dans le colloque GRANDIR - VIEiLLIR :
19, 20, 21 et 22 février 2014, ANGERS, Université Catholique de l’Ouest

Détail de ma communication : Les usages numériques, révélateurs des stratégies identitaires dans les transitions professionnelles à tous les âges de la vie professionnelle. - Philippe-Didier Gauthier, CAFORE

SOUS LE HAUT PATRONAGE DU MINISTÈRE DÉLÉGUÉ AUX PERSONNES ÂGÉES ET A L'AUTONOMIE
 LES ÂGES DE LA VIE ENTRE DÉRÉGULATION ET RECOMPOSITION
A l’heure où la médecine régénérative promet de vivre jusqu’à 130 ans en 2050, l’allongement des espérances de vie a déjà profondément transformé le panorama des existences. En effet, la « police des âges », qui régulait par l’âge d’État-civil l’accès à l’école, au vote, au mariage, au travail ou encore à la retraite reflue sous l’effet du « brouillage des âges » selon lequel il semble désormais souhaitable de se former et se transformer à tout âge. L’escamotage des seuils d’âge d’État-civil antérieurs, qui établissaient qu’il était soit trop tôt, soit trop tard pour passer d’un âge de la vie à l’autre, déplace et métamorphose l’ensemble de ces passages. Certains sont devenus plus précoces, d’autres plus tardifs. De nouveaux âges de la vie apparaissent, tels l’ « adulte émergeant » ou les « seniors ». Par ailleurs, le télescopage de phénomènes anthropologiques et démographiques mondiaux déplace fortement les enjeux démographiques et intergénérationnels. Ainsi en va-t-il par exemple :
-  de la perspective de la « fin de l’âge » prophétisée par Aubrey de Grey [1], du fait des progrès actuels et des excès possibles des biotechnologies ;
-  de l’importance prise par l’âge subjectif qui définit et oriente au moins autant les parcours de vie que l’âge chronologique, ainsi que l’annoncèrent les travaux de Bernice Neugarten [2].
-  du contraste entre les pyramides des âges occidentales, devenues des obélisques, avec celles des pays pauvres, posant la question de la régulation des flux migratoires entre pays âgés et pays en forte croissance démographique, au principe d’études interculturelles sur l’avancée en âge telles celle d’Hassan Brohmi [3].
 
Ainsi, la dérégulation des normes d’âge qui provoque la reformulation en cours des âges de la vie rend obsolète une partie de la psychologie développementale du siècle dernier. Elle interroge alors l’identité au fil de l’âge, mais aussi la tension entre le désir de grandir tout au long de sa vie et la crainte de vieillir caractéristique des cultures contemporaines. Faisant suite à différents colloques et publications antérieurs [4], ce colloque international interdisciplinaire a pour vocation de réfléchir aux questions cruciales qui en résultent, afin de confronter l’état actuel des connaissances tout en offrant aux chercheurs, aux praticiens et aux politiques concernés l’occasion de repenser les âges de la vie au 21ème siècle.
 ______________________________________________________________________________
[1] de Grey, A. (2007). Ending Aging. The Rejuvenation Breakthroughs that could Reverse Human Aging in our Lifetime. New-York : St. Martin’s Press.
[2] Neugarten, B. (1996). The Meanings of Age. Chicago : University of Chicago Press.
[3] Brohmi, H. (2008). Pour une approche interculturelle des populations migrantes vieillissantes originaires du Maghreb. Dijon : CASNAV.
[4] Colloque International « Nouveaux processus identitaires et âges de la vie » (UCO Angers, 1998) ; Colloque « Bien-être et âges de la vie » (UdN, Le Croisic, 2010) ; Colloques « Formation et vieillissement » (UHA Mulhouse, 2011 et 2013) ; publications de l’équipe de recherche CAFORE/Département SHS du Pôle Recherche de l’UCO)
RETROUVEZ LES CONFÉRENCES PLEINIÈRES DU COLLOQUE GRANDIR & VIEILLIR EN CLIQUANT SUR LE LIEN CI-DESSOUS :
www.livestream.com/grandirvieillir
Voir l'article
Construire_l_eleve_dans_la_societe_numerique
01 févr. 2014

Communication dans le colloque FORMIRIS :
30, 31 janvier et 1 février 2014, Lyon, Université Catholique de Lyon

« Construire l’élève, la personne, dans la société numérique »
Animation de l’atelier 2

Actes du colloque ici





















Voir l'article
Accompagner_Demarche_Portfolio 2
16 mars 2013

Publication aux éditions Qui Plus Est :

« Accompagner la démarche portfolio»
Du portefeuille de compétences au ePortfolio
De l’insertion professionnelle à l’employabilité durable
Philippe-Didier GAUTHIER et Maxime POLLET(2013). Paris : les éditions Qui Plus Est

l’ouvrage est présenté avec ses ressources téléchargeables sur ce site :
www.accompagner-demarche-portfolio.fr
Conférence débat le 7 octobre 2013 à l’UCO Angers ->. ProspectusConferenceUCO_7_Octobre.pdf

Nous avons le plaisir de vous annoncer la disponibilité de l’ouvrage-guide augmenté :
Accompagner la démarche Portfolio
Du portefeuille de compétences au ePortfolio
De l’insertion professionnelle à l’employabilité durable
Publié aux éditions Qui Plus Est par Philippe-Didier Gauthier et Maxime Pollet
Préface de Jean-Pierre Boutinet
Postface de Jacques Aubret

Présentation détaillée de l’ouvrage : www.accompagner-demarche-portfolio.fr
Disponibilité : http://www.editionsquiplusest.com/

Résumé de l’ouvrage :
Bien au delà des anciennes pratiques de portefeuille de compétences, la démarche portfolio est une pratique de plus en plus institutionnalisée notamment dans l’enseignement secondaire, supérieur et professionnel, mais aussi de plus en plus connue et attendue des recruteurs, RRH, DRH, et des professionnels de l’insertion professionnelle et de l’accompagnement des carrières. Elle peut se réaliser dans une finalité explicite d’employabilité durable, voire de citoyenneté en contexte de Web 2.0. Elle participe activement de la sécurisation des parcours professionnels. Elle devient aujourd’hui une démarche préventive des transitions professionnelles, et contribue, pour l’individu bien ancré dans le XXIe siècle, au développement d’une compétence au pilotage de sa navigation professionnelle tout au long de la vie, dans une visée profondément citoyenne.

L’ouvrage « Accompagner la démarche Portfolio », propose :
a) d’une part une réflexion sur les questions d’orientation et de construction du projet professionnel dans un monde du travail complexe, une économie postmoderne mondialisée, un monde social connectiviste marqué par l’accélération de la diffusion des flux de savoirs
b) d’autre part, une démarche de construction et d’usage du portefeuille de compétences, et des formes actuelles des e-portfolios, à l’aide de méthodes et outils issus de la recherche et éprouvés par la pratique, téléchargeables, facilement utilisables et modifiables (www.accompagner-demarche-portfolio.fr).

L’ouvrage présente également une réflexion sur les pratiques d’évaluation et ses outils, puis un questionnement critique et éthique sur les perspectives de la démarche elle-même. Quatre affiches pédagogiques schématisent l’ensemble.

Cet ouvrage s’adresse aux professionnels de l’accompagnement à l’insertion sociale et professionnelle, du conseil en évolution de carrière, aux responsables des Ressources Humaines de toutes structures, souhaitant développer les démarches compétences, favoriser les mobilités professionnelles, soutenir l’employabilité durable, reconnaître et valoriser les compétences des collaborateurs salariés, entrepreneurs, élus, ou bénévoles.
Présentation détaillée de l’ouvrage : www.accompagner-demarche-portfolio.fr
Disponibilité : http://www.editionsquiplusest.com/
Voir la Video «Conseil de Pro» :


















----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Contribution complémentaire : Participation au «Livre blanc de la démarche ePortfolio dans l’enseignement supérieur français».
Télécharger les cahiers du LIVRE BLANC




Voir l'article
Professionnaliser_RRH_Ethique
01 sept. 2012

Publication dans :
« Professionnaliser la fonction ressources humaines: Quels enjeux pour quelle utilité ? »
Raveleau, B., Ben Hassel, F. dir., (2012). Québec : Presses Universitaires de Laval
Presentation ouvrage Ben Hassel et Raveleau1.pdf

Chapitre 13 :
Portfolio réflexif et professionalisation éthique des RRH
par Philippe-Didier GAUTHIER
GAUTHIER_Philippe1_09_2012.pdf





Voir l'article
CEIESE_2012 Shanghai
28 mai 2012

e-LITE : une méthode d’ingénierie simultanée de dispositif de formation en e-learning 
pour valoriser les résultats d’un projet de recherche appliquée 
(Cas d’utilisation dans le projet ISTA3)

Auteurs :
AKIF Jean-Charles (CNAM des Pays de la Loire),
DANG Thu Nga (CNAM des Pays de la Loire),
DUCQ Yves (Université de Bordeaux – Laboratoire IMS), et GAUTHIER Philippe (Université Catholique d’Angers).




Le projet ISTA 3 fut l’occasion de développer un savoir faire en Ingénierie de formation concourrante dans le cadre d’un projet de recherche.

Ce savoir faire à été modélisé en méthode d’ingénierie de formation concourrante en recherche : e-LITE.

Lire le résumé en Français : ArticleFrancais CEISEE 2012 01 28.docx
L’article final présenté à la conférence 8th China - Europe International Symposium on Software Engineering Education (CEISEE 2012)May 28-29, 2012, Shanghai : Full paper CEISEE2012 E-LITE Final version after comments.pdf
Voir la présentation (réamisée et présenté par J-C AKIF : Présentation JCA_-_CEISEE_2012 (version finale).pptx.pdf

Voir l'article
Questions_Employabilité
09 mars 2012
Consulter le détail, le programme et la contribution sur cette page : QuestionEmployabilite
Voir l'article
La Performance en Question
26 mai 2011
Participation aux après midi thématiques de l’IAE d’AMIENS, mai 2011.

Programme : ProgrammeIAEAmiens24MAI.pdf

Présentation d’une communication : «Quels usages du e-Portfolio en RH ?»

Support de la communication : PortfolioEntrepriseAMIENS2011version2.ppt.pdf
Synthèse de la communication : UsagesPortfolioRHPhDGauthier26mai2011IAEAmiens.pdf
Voir l'article
ReseauVAE_Portfolio_CR_PDL_19Mai2011
19 mai 2011

Les enjeux du e-portfolio : Pourquoi est-ce une question si importante aujourd’hui ? : EnjeuxPortfolioPhDGauthier2010.pdf


Pour visiter une centaine de e-portfolio : http://www.delicious.com/PhilippeDidierGAUTHIER/ExemplesPortfolios


Pour explorer une sitographie sur le passeport orientation formation : http://www.delicious.com/PhilippeDidierGAUTHIER/PasseportFormation


Pour voir quelques ressources liées au e-portfolio 2.0 : http://www.delicious.com/PhilippeDidierGAUTHIER/ePortfolio%26Institutions?page=1


Pour voir d’autres présentations sur les applications et usages du portfolio : http://www.slideshare.net/pgauthier/presentations
Pour lire quelques publications et recherches sur les usages du eportfolio : http://www.slideshare.net/pgauthier/documents
et aussi : http://www.phd-gauthier.net/ePortfolioPhDGauthier/Publications/Publications.html



Pour situer le ePortfolio parmi les outils CV 2.0 : http://wiki.doppelganger.name/cv
La page Portfolio d’educnet (pour le monde de l’enseignement seulement) : http://www.educnet.education.fr/dossier/archives/portfolionumerique
La page de ressources de Robert Bibeau (Expert québécois) : http://www.robertbibeau.ca/portfolio.html





Diaporama de la présentation :

























La présentation du portefeuille de compétences de Bernard Lietard :






















Voir l'article
CongrèsACFAS
10 mai 2011
Participation au 79 eme Congrès de l’ACFAS, Québec, du 9 au 14 mai 2011.

Présentation d’une communication au colloque : «Professionaliser les Ressources humaines»


Support de la communication : ProfessionnalisationRRH-Acfas2011a.ppt.pdf

Résumé de la communication :

Le portfolio, support de professionnalisation des RRH* ? - Une étude de cas-
*Responsable en Ressources Humaines
Philippe-Didier GAUTHIER, phd.gauthier@me.com
Responsable d’une formation continue en Ressources Humaines, UCO, Angers, France
Doctorant en PhD Education, Université de Sherbrooke, Québec.


Cette proposition de communication porte sur un retour d’expérience et le développement en cours d’un dispositif singulier de formation continue de RRH. Cette certification inscrite au niveau 2 (Bac+4, équivalent d’une maîtrise) au RNCP, Répertoire National des Certifications Professionnelles, est destinée à un public d’adultes expérimentés sur la vie de l’entreprise, se destinant, au mitan de la vie, à entrer dans la fonction RH et aspirant à exercer des responsabilités de RRH.
Ce dispositif de professionnalisation dure un an et s’appuie sur une ingénierie « continue » depuis son origine en 2004 jusqu’à aujourd’hui. Nous décrirons cet effort permanent par six caractéristiques majeures, dont l’ambition serait de répondre à la question suivante : « Comment un RRH pourrait-il prétendre soutenir le développement professionnel et l’employabilité durable des salariés dont il a la charge, s’il n’est pas en mesure de démontrer les processus - et prouver leurs résultats - de sa propre professionnalisation, tout au long de sa vie de RRH ».
Les six caractéristiques de l’ingénierie du dispositif de formation, couvre les phases de conception, d’animation et d’évaluation-amélioration et peuvent être présentées comme suit, par simplification :
1) Un diagnostic initial des besoins, puis un ciblage du marché qui a fait ses preuves avec des taux d’insertion des diplômés dans la fonction de 90%, avec une croissance moyenne de leur salaire de 20% après la formation.
2) Une conception d’un référentiel d’activité, d’un référentiel de compétences et d’un référentiel de certification validé par les professionnels et par l’Etat.
3) Une ingénierie pédagogique qui repose sur 3 axes : a) une alternance courte (3 jours en entreprise, 2 jours en centre), b)une progression pédagogique en double imbrication : du stratégique à l’opérationnel, et des fondamentaux à la distanciation critique, c) une responsabilisation des apprenants dans la gestion de leurs (dé)apprentissages.
4) Une implication des professionnels, RRH en postes, dans le développement continu du dispositif et dans les arbitrages de certification.
5) L’implication des intervenants dans le développement d’une posture puis d’une compétence éthique (phase en développement).
6) Le développement d’une compétence réflexive sur sa professionnalisation continue tout au long de la vie, en tant que RRH, appuyée sur le portfolio.
Le portfolio de l’apprenant, à la fois processus réflexif en cours de formation, devient en fin de formation produit, média réfléchi et réfléchissant le projet professionnel, les compétences et la posture professionnelle singulière de l’apprenant-RRH, puis, à l’insertion professionnelle, processus d’auto-évaluation sociale, réflexive et continue de sa professionnalité, tout au long de la vie. Un apprenant transformé en RRH authentique, conscient de ses compétences et de ses limites, dans une posture de méta-employabilité ?


La vidéo préparée par l’ANDRH junior 49 sur la professionnalisation des RH pour les 50 ans à venir :
















Voir l'article
2011 Identite numerique en question
25 janv. 2011

Questions relatives à l’identité numérique !

 Séminaires sur l’identité numérique à l’IUT de Montpellier

Mario Asselin, Christophe Batier, Alexandre Mauric, Philippe-Didier Gauthier

Iut de Montpellier
http://identite.numerique.free.fr/Journees_PPP_2011/Table_Ronde.html

Le site des journées : http://identite.numerique.free.fr/Journees_PPP_2011/Preambule.html
Le lien vers la visioconférence : http://fm-openlearn.open.ac.uk/fm/5163b9-17783
Voir l'article
2010 Portfolio et entreprise de soi
29 déc. 2010

Du portefeuille de compétences à l’entreprise de Soi
Journées d’études OPPE-APCE sur la créativité dans les pédagogies entrepreneuriales, 9 et 10 décembre 2010, PARIS.
Philippe Didier Gauthier 
Université de Sherbrooke (Québec) et Université Catholique de l’Ouest (France)
UCO, 3, place André-Leroy. B. P. 10808 - 49008 Angers Cedex 01
phd.gauthier@me.com
Galerie de Photos de l’organisation : http://www.apce.com/pid11665/galerie-photos.html?espace=5
Présentation des journées OPPE 2010 : OPPE BROCHURE DEC 07.pdf
Programme des journées OPPE 2010 : Programme Journées OPPE 2010.pdf
Synthèse de ma présentation : PresentationPortfolioEntrepriseDeSoiOPPE2010.pdf



















Voir l'article
2009 Persister dans la publication de son e-portfolio ?
06 déc. 2009

e-Portfolio 2.0 : Persister dans la publication de son e-portfolio ?

 Étude menée auprès d’un groupe d’étudiants de l’enseignement supérieur
Philippe Didier Gauthier 
Université de Sherbrooke (Québec) et Université Catholique de l’Ouest (France)
UCO, 3, place André-Leroy. B. P. 10808 - 49008 Angers Cedex 01
philippe.gauthier@uco.fr
Annie Jézégou
 École des Mines de Nantes (France) et Centre de Recherche Éducation et Formation (EA 1589) de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (France)
EMN, La Chantrerie, 4, rue Alfred Kastler. B. P. 20722 - 44307 Nantes Cedex 3
annie.jezegou@emn.fr – tél. : (33) 2 51 85 86 17
Soumis à la Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire le 11 mai 2009
Version corrigée après remarques et suggestions des deux évaluateurs le 17 août 2009, révision linguistique effectuée le 20 septembre 2009
En attente de publication sur le site de la revue en ligne.

Résumé :
L’étude à l’origine de cet article s’intéresse à une question encore peu abordée dans les travaux de recherche sur le e-portfolio : la persistance ou la non-persistance dans la publication de son portfolio sur Internet. Elle traite cette question en vérifiant le rôle joué ici par la perception d’efficacité personnelle d’étudiants de l’enseignement supérieur pour mener à bien leur projet professionnel et pour développer techniquement leur e-portfolio. Elle aborde également cette question en dévoilant le rôle joué par leur perception de l’utilité de persister dans la publication de ce e-portfolio.

Mots-clés
E-portfolio, persistance, e-publication, perception d’efficacité personnelle, perception d’utilité


Site de la Revue Internationale des technologies en pédagogie universitaire : http://www.ritpu.org
Article disponible également dans les archives ouvertes Edutice : http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00562082/fr/

Voir l'article